13 décembre 2010

De Wever denkt nicht wie uns

Non, De Wever n'est pas le mec le plus malade d'Europe. Des gars comme lui, on en trouve au comptoir de tous les cafés. Certes, il a nettement plus la folie des grandeurs que la plupart de ses congénères.

Simplement :
Il prend ses préjugés pour de l'analyse politique.
Ses "projets" ne résistent pas à la moindre mise en chiffre.

C'est là tout le problème de ce gaillard. Le programme de son parti, ses idées et celles de ses amis, tout ce qui fait sa vie, une fois objectivé, se révèle être du flan d'un bord à l'autre et ne tient pas debout. Ca doit être dur à vivre.