10 juin 2010

Une image vaut une centaine de mots

Bon, je l'utilise sans aucun droit ni autorisation, mais ce dessin de Kroll dans le Soir résume tellement bien mon état d'esprit actuel, que je me suis permis cet "emprunt". L'image sur son site d'origine.


On notera que face à l'évocation d'un "plan B" (si le "plan A", une négociation réussie, n'était pas possible) par ses collègues présidents de partis francophones, Reynders s'est enfoncé un peu plus loin dans la schizophrénie de son discours. D'un côté, il se dit le seul défenseur des intérêts francophones et de l'autre, il dit que contrairement à ses collègues, il ne va pas continuer à dire "non". Bonjour la cohérence. En parlant de "garantie du respect", quid de celui de l'électeur, quand on le prend pour un con ?