09 mars 2006

"Faites ce que je dis, pas ce que je fais"

Telle pourrait être la devise de la FEB (fédération des entreprises de Belgique).

Dans le débat sur les fins de carrière, elle a lourdement insisté sur le fait qu'il fallait allonger les temps de travail. Mais une étude récente vient de démontrer ce que nous savions déjà tous : les entreprises non seulement rechignent à engager des plus de 50 ans, mais elles cherchent à s'en débarrasser via les pré-pensions pour les remplacer par de la main-d'oeuvre plus jeune et moins chère.

Pourquoi ce double langage ? J'en avais déjà fait mention, mais il est évident que les entreprises préfèrent voir les aînés au chômage plutôt qu'à la retraite. Il est clair en tout cas que le fameux "pacte des générations" n'est pour elles qu'un prétexte à des buts inavoués.