13 octobre 2005

Y a-t-il un autre socialiste au gouvernement ?

Si on en croit la presse ce matin, la taxation des sicavs obligataires de capitalisation devrait pousser les "petits épargnants" à tenter leur chance du côté de la bourse. Or ils ne sont généralement pas armés pour survivre dans ce milieu, et vont donc y laisser des plumes.
Mais on nous jure que c'est une grande mesure sociale, une première : on taxe enfin le capital ! Dommage que ça ne soit pas le Grand Capital, mais le vôtre et le mien.

Il semblerait que cette décision ait également été prise dans le feu d'une de ces folles nuit de négociations dont nos ministres ont le secret. Comme s'ils devaient absolument être mis sous pression pour pouvoir accoucher de la moindre décision. Or, cette méthode (si on peut parler de méthode pour un exercice d'improvisation) ne donne jamais que des résultats bâclés. Ils feraient sans doute mieux d'apprendre à travailler dans un climat serein.